[…]
En plus de peser sur les salariés licenciés, les associations et leurs usagers, la diminution des contrats aidés plombe aussi l’État lui-même.

Les coûts induits s’avèrent bien supérieurs aux économies réalisées, estiment les députés dans leur rapport : « Par exemple, la disparition des associations dans les quartiers sensibles conduit à augmenter de façon bien plus importante les charges de sécurité, de vidéosurveillance, de police, sans que cela évite la montée de la violence et de la radicalisation. »
Les sénateurs admettent : « Les retombées en termes d’utilité sociale sont parfois supérieures au coût du contrat. »

Qui mesure l’utilité d’une association développant le regard critique des jeunes ou les intéressant à la chose publique ?
Qui lutte contre la paupérisation des zones périurbaines, entretient des espaces verts, aide à la transition écologique ?

Il semble que ce ne soit pas le cas du gouvernement, plus occupé à serrer toujours davantage le cordon de sa bourse, quelles qu’en soient les conséquences.

[…]
> lire l’article complet

[source Audrey Guiller – Bastamag.net]